16/9/15

CHOMAGE ET PRODUCTIONS A PETITE ECHELLE


Nous sommes un groupe d'amis qui travaillent comme cadres dans le secteur privé de l'économie. Notre question fondamentale pour une longue période était comment et avec quels outils on pourrais lutter contre le chômage en Grèce, en particulier pour les jeunes.De facon secondaire a, occupé notre pensée aussi pour une longue période, ce qui pourrait être fait pour fournir un supplément de revenu aux millions de Grecs, qui continuaient a 'avoir un revenu ( salaire ou retraite), mais qui etait desormais extremement faible , pour ne pas dire a la limite de la survie.
La degré de non-utilisation de la main-d'œuvre du pays n’ était pas a prouver (1,5 millions de chomeurs) .
A ces questions fondamentales qui preoccuppent au quotidian chaque famille grecque, et alors que le pays est près de sept ans dans la récession, il n'y a aucune réponse claire de l'Etat grec ou de l'Union européenne.
Nous ecoutons presqu’ au quotidien des generalites theoriques, la principale etant celle suivant laquelle , le chômage disparaîtra en attirant des investissements étrangers dans le pays. Puis suit une autre generalite ,qui est la création de nouvelles entreprises (start-ups, ...).Enfin, il y a une derniere generalite qui considere que l’ on va s’;attaquer au chomage grace a l'augmentation des arrivées de touristes dans le pays . Tout cela est ridicule.Combien d’ 'investissements étrangers peut attirer le pays? Supposons qu’ il attire 1000 investissements etrangers dans les cinq prochaines années Et supposons que tout investissement étranger crée 200 emplois Si ce scenario optimiste a lieu, on va donc voir la creation de 200.000 emplois dans les 5 prochaines annees.
Prenons maintenant les startups et supposons que dans les cinq prochaines années, 2000 entreprises vont survivre et que chacune créera dix employs. Dans ce scenario optimiste, on verra donc la creation de 20.000 emplois.
Prenons maintenant le Tourisme.Il est absurde de considerer que l’ augmentation du nombre de visiteurs va conduire a la creation de nouveaux emplois.Le mode de fonctionnement de ce secteur, nous fait croire qu’ une augmentation de 10% des visiteurs ne creerait pas de nouveaux emplois.
Il nous apparaissait que le problème du chômage ne pouvait pas être résolu dans les cinq ou dix ans a venir avec des investissements étrangers, des start-ups et le tourisme.
Et puis, il y avait les idees recues
Nous tous qui avions étudié et avaient travaillé pendant longtemps dans le secteur privé, nous avions adopté, sans trop y penser, certaines idees preconcues..Une de ces idees était l'homo economicus, cet 'homme parfait, l'unité de base de la «science» économique qui ne prend que des décisions rationnelles dans le cadre de son comportement.C’ est l'homme qui va chercher la station d'essence la moins chere et qui ne metra de l’ essence que de cette station .
Un autre mythe associé aux ressources humaines ,, est celui selon lequel, la formation, l'éducation, puis la formation continue sont la seule façon de ne pas se trouver au chômage pendant une longue période .Et pourtant, dans la crise économique vécue par notre pays depuis 2009, les chômeurs grecs qui ont un niveau extrêmement élevé de formation, sont des centaines de milliers..Probablement il n’ y a aucun autre pays dans le monde qui a autant d’ ingénieurs,des médecins,des architectes, des avocats, etc ... qui soient au chomage.
Le problème de la réduction du chômage et de la baisse des revenus dans notre pays nous semblait comme une impasse, non seulement parce qu'il n'y avait pas un projet de résolution national ou européen, mais aussi parce que nous memes nous ne pouvions pas penser a des solutions qui pouvaient tenir la route.
Le problème était quantitatif mais aussi qualicatif .Le problème était aussi historique puisque le pays au cours des 190 dernières années qu’il était indépendant n'avait jamais ete en mesure de faire vivre ses enfants avec pour resultat une immense emigration.
Peu à peu, nous sommes arrivés à considerer que l; accroissement de la production dans notre pays etait la seule solution possible. Nous constations que ce n’ etait pas seulement les ressources humaines du pays qui étaient sous-exploitees.Sous exploitees etait aussi la terre agricole, la mer, les resources naturelles du pays,les infrastructures industrielles,les immeubles.Il fallait trouver un moyen d’ exploiter ces resources en utilisant les resources humaines du pays.
Des constatations si generales ne contribuaient pas a la resolution du probleme..Le probleme etait si complexe, et nécessitait tant de ressources pour le résoudre, qu’ il sous entendait que même un état organisé et riche comme l etat 'allemand, metrait dix à quinze ans pour le résoudre. La Grece ne disposait pas de telles structures etatiques et n; avait pas la possibilite d’ attendre 15 ans pour la resolution du probleme du chomage.
Donc, nous avons continué à échanger des idées sur ce qui pourrait etre fait concernant le chomage.
Puis, nous avons eu connaissance une analyse d’ un economist grec, Aristos Doxiaidis sur la structure de l’ economie grecque Cet economiste a mis en evidence que 80% de l’ economie grecque privee etait composee d’ enterprises employant de un a 10 salaries..Et c; etait ces enterprises selon lui qui alaient sortir la Grece de la boue, ou personne.
Cette analyse nous a choque.,car elle nous permettait pour la premiere fois de comprendre comment et par qui,pourrait etre donnee une solution au probleme du chomage, du moins sur un plan quantitatif.
Si chacune de ces micro-entreprises grecques, embauchait un ou deux employés, le probleme du chomage pourrait etre resolu. Aristos Doxiadis expliquai, dans l'analyse, ce que nous savions tous, c’ est a dire que la petite entreprise grecque est une entreprise familiale où, par exemple (meme si l' on carricature un peu ), le père cultivait la terre familiale pour obtenir un petit revenu,, la mère s’occuppait de la taverne familiale pendant l’ ete en employant une personne,et contribuait ainsi au revenue familial, le fils avec sa femme geraient une station d’ essence et contribuaient eux aussi de cette facon au revenu familial, et enfin, la fille etait fonctionnaire elle avait un faible salaire mais pendant toute l’ annee, ce qui etait tres important pour l’ ensemble de la famille.
Cette réalité, nous la connaissions puisque nous l’ avions vu autour de nous des centaines de fois.Mais, nous ne savions pas que la petite entreprise grecque c’ etait ca a 80%.
.Nous avions tous appris a l’ universite que l’ unite de mesure économique etait le ménage, et non la famille.Nous avions tous appris que l ‘ homo-economicous choisiraient le travail qui lui offrirait le plus d'argent, et nous constations maintenant que la fille de cette famille avait choisi la function publique pour moins d'argent parce que ce était plus sûr pour l'ensemble de la famille. Nous etions forces de constater, que dans notre pays, les règles de la science économique n’ etaient pas applicables. D'autres règles prevalaient telles que la solidarité entre les membres de la famille, ou la gestion des risques pour le bien de toute la famille . On n’ etait pas fiers de notre diagnostic..Ayant ete tous eleves dans un cadre occidental, nous nous sentions offensés au debut.Nous pensions a ce que diraient de notre pays, nos camarades et amis d'Allemagne, France, etc ... s’ ils réalisaient ce que nous avions juste realise. Ils nous diraient sans doute que cette économie est une economie d’ un pays du tiers monde.
Ces reflections devenaient de plus en plus interessantesNous decouvrions que la difference entre la theorie et la realite etait .beaucoup plus grande que ce qu’ on pouvait imaginer.
Nous constations que dans notre pays, l'économie ne primait pas sur la vie sociale, comme dans le monde occidental, mais qu’ elle etait subordonnee/elle servait la vie sociale.
Comment nous ne voyions pas ces différentes conceptions de la vie en Occident et chez nous pendant toutes ces années?
Peu à peu nous ajoutions d’ autres dimensions a ces idees
Pour la premiere fois, nous commencions a comprendre pourqua toutes ces measures qui avaient ete imposes a l’ economie grecque depuis 2010, ne fonctionnaient pas et n’ avaient aucune chance de fonctionner.Et ces mesures ne pourraient certainement pas donner une solution au chomage. Quel etait l’ objectif de toutes ces mesures ? L’ objectif etait de forcer la Grece de faire en 5-6 ans ce qu’ elle n’ avait pas pu faire en 190 ans à savoir créer les entreprises, grandes et compétitives qui exporteront, de sorte que dans 20 à 30 ans le problème du chomage soit resolu. En attendant,, l'Etat devra percevoir encore plus d’ impots..De qui? De ces petites entreprises familiales qui survivent encore parce que ses membres font 2-3 emplois différents et travaillent 12 heures par jour pour survivre.La consequence sera la destruction d’ encore plus d’ enterprises familiales et un chomage qui tendra vers le 50% de la population. Tout cela ne nous semblait pas tres rationnel.
Pour lutter contre le chomage en Grece, il fallaiit se baser sur la realite economique et non sur ce que l’ on voulait obtenir dans 20 ou 30 ans.
Pour que ces petites enterprises familiales creent de nouveaux emplois, il faudrait faire essentiellement 2 choses
1/ réduire le fardeau fiscal de l'État sur ces petites entreprises,
2/ les aider a produire plus avec de faibles investissements.
C’ est dans ce cadre que nous avons commence a nous interesser aux micro-productions.L’ idée etait de voir si avec un petit investissement initial,par exemple 20.000 euros, on pourrait mettre en place une petite production qui engendrerait un revenu annuel d'environ 10-15,000 euros pour une petite entreprise.
Dans le cadre de cette recherche, nous sommes entrés d'abord dans les eaux profondes de l'économie sociale en Europe, qui était jusque-là au sujet inconnu pour la plupart d'entre nous.
L'économie sociale est le monde merveilleux des fondations, des organisations à but non lucratif, des coopératives, des bénévoles etc ... visant à servir la société.
Les outils disponibles au niveau européen pour soutenir l'économie sociale sont incroyablement importants.
Nous nous sommes concentrés plus particulierement sur l'étude de l'entrepreneuriat social pour trouver des solutions pour les productions à petite échelle, que nous allons présenter sur ce blog.
Ce qui nous a fait impression c’ était le fait que l'économie sociale dans les autres pays europeens était quelque chose de moral et en quelque sorte une économie complémentaire, tandis que l’entreprise familiale grecque(qui est l'expression authentique de l'économie sociale) est considérée comme quelque chose de depasse/arriere..
Il est considéré comme normal que les entreprises sociales dans la plus part des pays europeens ne paient pas des taxes et recoivent des subventions.
Au contraire, l'entreprise familiale grecque paye des impôts et ne reçoit pas des subventions .Et pourtant, dans tous les journaux europeens, tous les jours, depuis des annees, il est question de l’ evasion fiscale de ces petites enterprises familiales.
Comment expliquer tout cela? Il est clair qu'il ya un problème de communication entre les peuples europeens.
.Mais le problème principal a a faire avec les intellectuels grecs et ceux qui dirigent ce pays depuis 190 ans, qui ne voient leur pays qu’ avec les yeux des Occidentaux, et appliquent a ce pays des solutions occidentales.
Nous, ce petit groupe de citoyens, avons décidé de contester toutes les idees preconcues que nous avions acquis toutes ces annees , afin de decouvrir la realite des problemes de notre pays. Et nous allons essayer de contribuer a travers nos idees au renforcement de l'entreprise familiale grecque par le développement et la fabrication de produits sur une petite échelle.En effet, nous sommes convencus que c’ est la solution principale pour le éliminer le chômage aussi rapidement que possible et avec un minimum de moyens.
SOURCE - http://small-scale-productions.blogspot.gr/p/blog-page.h

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Related Posts with Thumbnails